En plus de montrer l’engagement de votre entreprise avec le bien être de la planète et des personnes, ces pratiques sont importantes pour le référencement naturel

 

 

Ce matin j’arrosais mes pensées (celles qui poussent dans ma tête et aussi les belles fleurs qui portent ce nom) quand une question a germé dans mon esprit printanier: comme peut-on faire rimer l’univers numérique avec l’écologie? Et comment fait-on pour récolter des bons fruits dans le référencement naturel tout en gardant les principes de l’humanisme?

Du coup, je suis allé faire un tour virtuel dans les champs fertiles de la recherche sur l’écologie et l’inclusion digitale. Et voilà quelques fruits que j’ai récoltés pour partager avec vous.

1. Pensez à l’accessibilité

Garantir la lisibilité de votre site par tous, y compris les personnes présentant un handicap, est une exigence de la loi. L’accessibilité est aussi  prise en compte par les moteurs de recherche qui peuvent élever ou abaisser votre position dans le référencement naturel selon votre niveau d’adéquation aux normes. Parmi ces normes, il est important d’ajouter des textes alternatifs pour décrire les images, logos, dessins et autres éléments visuels. En plus, il faut faire attention au contraste de couleurs et à la taille et alignement des textes. 

2. Optimisez le poids des images

Compresser les images est indispensable pour réduire le temps de chargement de votre site et par conséquent améliorer votre position SEO. En plus vous réduisez de façon considérable votre empreinte écologique: des images moins lourdes sont synonymes de moins de dépense d’énergie pour les stocker.

Gif enlacer la planète

3. Nettoyez votre boîte mail

Selon l’Ademe, établissement public sous la tutelle du ministère de la Transition écologique, les emails qui nous envoyons tous les jours peuvent causer un grand impact pour environnement. Un exemple: un mail accompagné d’une pièce jointe d’1 Mo laisse une empreinte carbone d’environ 19 g de Co2. Quand on sait que 34 millions mails sont envoyés toutes les heures (et on ne compte pas les spams) cela signifie qu’on dépense 14 tonnes de pétrole. Pour faire vos projets digitaux, combien d’emails vous envoyez? Certes, on ne peut pas s’en passer, mais nous pouvons nettoyer régulièrement notre boîte mail. Ou vous avez vraiment besoin de garder ce message de 2007 avec vos notifications d’Orkut? 

4. Valorisez les logiciels libres et open source

Si nous faisons une recherche sur les sites d’offres d’emploi dans le domaine du numérique, nous trouverons certainement des exigences telles que: maîtrise du Photoshop, suite Adobe, etc … Ce qui est normal, car ce sont des outils importants pour la production de projets digitaux. Mais je me demande pourquoi les recruteurs ne valorisent pas la maîtrise des logiciels libres et open source? Aujourd’hui nous avons une large choix d’outils qui font le travail si bien que les logiciels payants, qui généralement coûtent trop cher. Valoriser les logiciels libres est une question d’éthique, parce qu’ils sont synonymes de transparence, de solidarité et de partage des connaissances. Un graphiste freelance, par exemple, peut avoir des soucis pour se payer une licence de Photoshop, mais il peut réussir à faire très bien son travail avec d’autres outils tels que GIMP ou Krita par exemple. Sur le site Framalibre  vous pouvez taper le nom d’un logiciel payant pour trouver des alternatives libres. 

5. Trouvez l’inspiration dans des applications pour un quotidien plus solidaire et écologique

Si on veut que notre espèce (et les autres aussi) puissent continuer d’habiter dans cette planète, il est urgent d’inclure la pensée écologique et solidaire dans toutes nos activités. Que vous soyez chef de projet digital, développeur web ou chef d’entreprise, pensez à développer des applications pour un quotidien plus vert et humain. Inspirez-vous d’initiatives telles que les suivantes: Too Good To Go, une application antigaspillage alimentaire, Entourage Social, une application pour inciter à donner de l’aide aux personnes exclues et isolées et Plantnet  à la fois application mobile et plateforme collaborative que nous aide à identifier les plantes autour de nous (j’aime!)